L’impact de la comptabilisation des revenus sur les opérations de fusion et d’acquisition

Les acquisitions sont souvent évaluées en fonction des bénéfices, qui sont directement influencés par les revenus. Au cours de la revue diligente financière en vue d’une acquisition potentielle, plusieurs éléments méritent une attention particulière. L’un d’entre eux est la présentation des revenus par la société cible. Dans ce cas, il est essentiel de comprendre comment une entreprise comptabilise ses revenus et de voir si son processus respecte les normes et standards du secteur. Les points suivants ont souvent un impact sur la façon dont un acheteur peut examiner une transaction potentielle.
1. Comptabilité de caisse et comptabilité d’exercice
Dans le cadre de la comptabilité d’exercice, les revenus sont enregistrés lorsqu’ils sont gagnés, indépendamment du moment où l’argent est reçu. La comptabilité de caisse, en contrepartie, enregistre les revenus lorsque l’argent est reçu (et les charges lorsque l’argent est versé). Bien que les états financiers PCGR (principes comptables généralement reconnus) exigent des entreprises qu’elles utilisent la comptabilité d’exercice, de nombreuses petites et moyennes entreprises fonctionnent selon la méthode de la comptabilité de caisse pour diverses raisons (par exemple, il n’y a pas d’équipe comptable ou celle-ci est limitée, c’est plus facile à comprendre, cela permet des écritures plus simples). Si une entreprise utilise la comptabilité de caisse, cela signifie qu’elle ne déclarera pas les comptes à recevoir ou ses comptes à payer, ce qui peut avoir un impact sur la rentabilité, le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements, le fonds de roulement, etc. Dans le cadre d’une revue diligente, la comptabilité de caisse peut ne pas refléter fidèlement la véritable rentabilité d’une entreprise année après année. En outre, les résultats financiers de la société cible peuvent ne pas être conformes à ceux du secteur, ce qui est important pour la fixation du prix de la transaction. Par exemple, supposons que votre entreprise paie des frais annuels de 6 000 $ en juin pour un abonnement d’un an. Selon la méthode de la comptabilité de caisse, le mois de juin reflétera un niveau de dépenses plus élevé que tous les autres mois (6 000 $ de dépenses sont enregistrés en juin et 0 $ le reste de l’année). Selon la méthode de la comptabilité d’exercice, les 6 000 $ sont répartis uniformément sur les 12 mois d’utilisation de l’abonnement (500 $ par mois). De plus, une période de douze mois peut comprendre des dépenses supplémentaires ou ne pas saisir une dépense, ce qui pourrait fausser les résultats financiers.
2. Point d’expédition FAB et destination FAB
Le point d’expédition et la destination FAB indiquent le point où le titre de propriété des marchandises est transféré du vendeur à l’acheteur. Le point d’expédition FAB signifie un transfert à l’acheteur lorsque la marchandise est expédiée, tandis que la destination FAB signifie un transfert à l’acheteur une fois que les marchandises sont reçues par celui-ci. Ces jalons, qui dépendent du contrat entre l’acheteur et le vendeur, sont fréquemment utilisés pour la reconnaissance des revenus. Du point de vue de la revue diligente, il est important de comprendre si l’entreprise applique la méthode choisie de manière consistante. Si ce n’est pas le cas, il peut y avoir des problèmes de démarcation des revenus d’une période à l’autre, ce qui entraîne des résultats biaisés. Il est également essentiel de comprendre si les politiques de reconnaissance des revenus de l’entreprise sont suivies chaque mois ou moins fréquemment (par exemple, chaque trimestre ou chaque année). Si, par exemple, une entreprise a conclu un accord destination FAB avec un client et que les marchandises sont expédiées le dernier jour du mois, mais ne sont pas livrées avant le mois suivant, elles ne doivent pas être sorties des stocks avant que les marchandises aient été livrées à destination, car le risque de perte réside toujours chez le vendeur jusqu’à la livraison. Si l’entreprise n’applique pas cette méthode de manière consistante sur une base mensuelle, des ajustements financiers peuvent être nécessaires.
3. Pourcentage d’avancement des travaux
Le pourcentage d’avancement des travaux est une méthode comptable courante dans le secteur de la construction, qui consiste à comptabiliser les produits et les charges des contrats à long terme en fonction du pourcentage des travaux achevés au cours de la période. Un problème potentiel au niveau de la revue diligente est que cette méthode est susceptible d’être utilisée à mauvais escient dans le but d’apprécier les résultats à court terme (par exemple, un projet n’est en réalité achevé qu’à 10 %, mais déclaré comme étant achevé à 80 % de sorte que les revenus sont surévalués dans la période en cours). Les revenus et les dépenses comptabilisés dans une période incorrecte peuvent fausser la rentabilité et créer des chiffres peu fiables. Comprendre la pertinence des estimations historiques et le processus d’examen du calendrier des travaux en cours de l’entreprise aidera à mieux comprendre si les revenus et les dépenses sont comptabilisés correctement. Comme indiqué ci-dessus, les procédures de revue diligente peuvent être conçues pour évaluer la consistance de l’application des méthodes comptables, la démarcation entre les périodes, la comptabilité d’exercice, etc. En outre, avec l’entrée en vigueur de précisions sur la méthode du pourcentage d’avancement des travaux, la question de la reconnaissance des revenus sera cruciale dans l’évaluation des transactions potentielles. Si votre entreprise, ou l’entreprise que vous cherchez à acheter, n’a pas mis en application les précisions, vous devez évaluer les coûts de mise en œuvre ainsi que le temps et les ressources nécessaires. Il est également important d’examiner comment le nouveau modèle affectera les contrats avec les clients ou les changements dans les stratégies de prix ou de marketing. Ces changements peuvent avoir un impact sur les mesures de performance, les ajustements du fonds de roulement, le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements ou même les compléments de prix (‘earn-out’) et les clauses restrictives.
Nous sommes là pour vous aider
Vous avez des questions sur la comptabilisation des revenus et sur la manière dont elle est liée à la revue diligente, ou avez besoin de conseils en matière de transactions? N’hésitez pas à communiquer avec un membre de notre équipe de finance d’entreprise.

Partager :

2022-06-16

Postes en vedette:

Recevez les nouvelles FL:

All Categories

Articles liés

Le processus de fidélisation : comment attirer les jeunes donateurs

Lorsque vous vous adressez à des donateurs de toute génération, vous préparez efficacement le terrain pour une relation qui durera toute leur vie. En adoptant la bonne approche, vous pouvez mettre en œuvre des stratégies qui attireront les jeunes donateurs et fidéliseront leur soutien pour les années à venir.

Contactez-nous maintenant

pour demander une consultation